Accéder au contenu principal

TR: [DGS-URGENT] 2019-REC-01 Retrait et rappel de produits de nutrition infantile 1er et 2e âge de la marque Modilac en raison d’une possible contamination par Salmonella poona

 

 

De : dgs-urgent@dgs-urgent.sante.gouv.fr [mailto:dgs-urgent@dgs-urgent.sante.gouv.fr]
Envoyé : vendredi 25 janvier 2019 13:07
À : undisclosed-recipients:
Objet : [DGS-URGENT] 2019-REC-01 Retrait et rappel de produits de nutrition infantile 1er et 2e âge de la marque Modilac en raison d
'une possible contamination par Salmonella poona

 


Les autorités sanitaires ont été informées par le Centre national de référence des Salmonelles de l'infection de 4 nourrissons par Salmonella sérotype poona.3 autres cas suspects sont en cours d'investigation.

Les premiers résultats des investigations montrent que les nourrissons dont les familles ont été interrogées à ce jour ont tous consommé du lait infantile 1er et 2e âge de la gamme Modilac Riz.

Tous les produits concernés ont été élaborés sur un même site de production basé en Espagne. La Société a procédé, ce jour, au retrait et au rappel des références concernées. Elle met également à disposition des parents un numéro vert 0800 800 970 (ouvert 24h00 sur 24) pour répondre à leurs interrogations.

Un communiqué de presse est en cours de diffusion par les autorités sanitaires pour demander aux parents qui disposeraient encore de boîtes de ces lots de ne pas les utiliser et de prendre contact avec leur pédiatre ou leur médecin pour se voir conseiller un lait de remplacement, notamment pour les bébés allergiques aux protéines de lait. Dans l
'attente, il leur est recommandé de se rendre en pharmacie où un lait de substitution leur sera proposé.

La Société Française de Pédiatrie, sollicitée en urgence, va émettre des recommandations en ce sens qui seront mises en ligne sur le site du ministère de la santé :

https://solidarites-sante.gouv.fr/

Les boites de lait des références non concernées par le retrait-rappel peuvent être consommées.

Les familles sont également invitées à consulter leur médecin traitant ou pédiatre en cas d'apparition d'un tableau de gastro-entérite chez un enfant ayant consommé, dans les sept jours précédents, un des produits concernés.



----------------------
Inscrivez-vous à la lettre d'information
Les messages "dgs-urgent" sont émis depuis une boîte à lettres 'DGS-URGENT@dgs-urgent.sante.gouv.fr'.
Pour vérifier qu'ils ont bien été émis par une personne autorisée du ministère de la santé, consultez la liste des messages, disponible sur le site Internet du ministère.
Pour y accéder, https://dgs-urgent.sante.gouv.fr/

Source : DGS / Cellule Communication

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

ANDRACTIM : rupture de fabrication

Madame, Monsieur, Nous faisons face, actuellement, à une rupture de fabrication durable de l’ANDRACTIM. Malheureusement, à ce jour, aucune alternative à ce traitement n’est disponible. En revanche, un traitement par AINS locaux peut être proposé en cas de douleurs pour les patients présentant des gynécomasties. Nous vous tiendrons au courant de l’évolution de ce problème. Dr Claire DAMATTE-FAUCHERY

TECAPS, nouvelle spécialité à base de L-Thyroxine

Le TECAPS, nouvelle alternative pour les patients souffrant de problèmes thyroïdiens, vient d’obtenir l’accord de commercialisation de l’ANSM. Ce médicament ne contenant pas d’excipient est déjà disponible dans plusieurs pays d’Europe. Cependant, nous n’avons, pour le moment, aucune information concernant sa date de commercialisation en France, ni sur les dosages disponibles, le pays de production, le coût, etc…Nous vous tiendrons au courant dès que l’ANSM nous aura fait part de plus amples informations.

LEVOTHYROX : Vrai ? Faux ? Le laboratoire MERCK répond

Lévothyrox®Vrai ? Faux ?Merck répond.9 juillet 2018VRAI ? FAUX ? 2La nouvelle formule du Lévothyrox® lancéesur le marché français en mars 2017 a suscitél’inquiétude et la mobilisation de certains patientsne réussissant pas à retrouver leur équilibrethyroïdien. Au-delà du sujet thérapeutique, undébat d’information s’est engagé à ce sujet.Les équipes de Merck ont été largement mobiliséespour répondre à l’ensemble des demandes desAutorités de santé, écouter les professionnels desanté et les associations de patients qui sont aucontact direct des patients et ont pu répondre auxquestions des patients via le numéro vert dédiéainsi qu’à celles des journalistes ou bien encorede la justice.Au coeur du débat qui s’est engagé, un certainnombre d’inexactitudes et de contre-véritéssubsistent. Merck souhaite donc répondre pointpar point et apporter des éclairages concrets encontrepoint de déclarations erronées ou infondéesqui peuvent se révéler déstabilisantes voireinquiétantes pour les patients.Pré…